book-of-demons cover

Book of Demons : Aperçu de cet hack’n’slash qui ne se la joue pas Diablo

Book of Demons, c’est un peu la petite surprise inattendue. Je suis complètement passé à côté de l’arrivée du titre en early-access sur Steam en juillet dernier. Il s’agit d’un hack’n’slash développé chez Thing Trunk qui ne reprend pas spécialement le style de combat type Diablo.

Alors il est toujours question de dézinguer du monstre dans un univers ancré dans la “dark fantasy”, sauf que l’on est fixé sur des rails et les combats se joueront plus sur la dextérité du joueur dans ses déplacements plutôt que sur le côté frénétique comme dans Diablo par exemple.

Une fois le jeu lancé, on s’aperçoit de suite de l’influence de l’excellent Darkest Dungeon dans la construction du jeu, qui s’appuie sur une ville contenant les différents PNJ qui vous aideront dans votre aventure et des donjons qui vous amènerons vers un Dragon très méchant (qui semble être le boss de fin).

book of demons 01

La progression du joueur passe par un système de cartes qui vous octroie des bonus passifs comme de la résistance à l’étourdissement, qui affaiblissent vos ennemis, vous soigne et vos octroie aussi vos compétences d’attaques. Vous pourrez d’ailleurs améliorer ses cartes via un système de runes spéciales, vous récupérez d’ailleurs les cartes et les runes via les drops des ennemis tués. Il y a aussi un côté RPG avec un système de leveling basé sur l’acquisition d’expérience sur les ennemis tués. Chaque gain de niveau vous permettra de gagner un point qui vous servira à améliorer votre santé ou votre mana.

Sur cette early-access, seule la classe du guerrier est disponible (le mage et le voleur seront disponibles à terme). La base du système de combat fonctionne sur une attaque automatique qui cible l’ennemi le plus proche, il suffit de cliquer sur un ennemi pour le cibler. La petite subtilité viens surtout du fait que très vite, vous aurez beaucoup d’ennemis à gérer, ça devient bordélique et c’est l’un des côtés que j’aime le plus dans les hack’n’slash, de ce côté Book of Demons retranscrit très bien ce sentiment. Thing Trunk s’est aussi inspirée un peu de la série des Souls de From Software avec le système de mort. A chaque mort, vous retournez en ville cependant, vous avez perdu les cartes que vous aviez équipées lors de votre mort ainsi que l’argent accumulé, il faudra ainsi retourner dans le donjon où vous avez été tué à l’endroit de votre mort pour récupérer ce que vous avez perdu.

book of demons 03

A l’heure où j’écris ces lignes, je viens tout juste d’affronter le premier boss, après presque 2h de jeu. Autant dire que je n’ai pas vu tout ce que le jeu a à offrir. Il y a tout de même une chose qui a attiré mon attention, c’est le Flexiscope. Il s’agit d’un système qui permet de personnaliser votre session de jeu: vous allez pouvoir sélectionner la durée de votre session et le jeu générera le donjon en fonction de ce que vous avez choisi.

A ce stade, je suis assez surpris par Book of Demons qui se révéle être très sympathique, j’émet tout de même quelques réserves sur la durée. L’expérience proposée par des hack’n’slash type Diablo se font justement sur la durée et à mon sens, j’ai du mal à voir comment Books of Demons peut dépasser la centaine d’heure de jeu. Restons optimiste étant donné qu’il ne s’agit que d’une early-access et qu’à l’heure actuelle, l’aventure proposée par le jeu n’est que la première partie des sept prévues au totale. Autant dire que la sortie finale de Book of Demons n’est pas pour tout de suite.

P.S : Vous pouvez essayer la démo du jeu qui est disponible sur Steam.