PositronX preview cover

PREVIEW PositronX : Mon avis sur ce shooter qui s’essaye au rogue-like

Découvrez mes impressions sur l’arrivée en early-access de PositronX

Il y a quelques jours je suis tombé sur l’arrivée en early-access d’un shooter atypique puisqu’il opte pour une progression basée sur du rogue-like. Il s’agit de PositronX développé par le studio roumain Scorpius Game qui est donc disponible depuis le 27 avril dernier en early-access et je vous propose donc de découvrir mes premières impressions sur ce shooter qui est plutôt sympathique.

PositronX se déroule dans un univers qui s’inspire de la science-fiction, mais n’espérez pas y trouver une quelconque histoire, Scorpius Games ne s’en  cache pas et le slogan du titre donne tout suite le ton “Play.Die.Repeat”. Ainsi l’essentiel de l’aventure consistera à progresser dans des salles assez restreintes en tuant tous les ennemis que l’on y trouvera à l’aide d’un arsenal d’arme qui s’étoffera au fur à mesure que l’on progresse ainsi que de nouvelles capacités passives et actives pour vous aider dans votre dur labeur.

La première partie débute avec une arme de point, une capacité active (“Weakness” qui affaiblit temporairement un ennemi) et un implant (confère une capacité passive). Le jeu se veut aussi old school dans une certaine mesure, de base votre jauge de vie de se recharge pas toute seule même si un certain passif permettra que celle-ci puisse se recharger d’elle-même. Idem pour les munitions, car si certains ennemis en drop, certaines salles abritent quelques items qui vous en fourniront (pareil pour la santé).

Une fois le dernier ennemi d’une pièce éliminée, il drop plus de récompenses que les autres et en général, des implants vous seront donnés: ceux-ci peuvent améliorer vos attributs passifs (plus grande vitesse de déplacement…) mais aussi des capacités actives (ralentir le temps…). Tout comme le fait de changer de pièces qui vous offrira le choix de choisir d’obtenir une nouvelle arme, d’améliorer vos armes équipées ou bien de vous faire obtenir ou améliorer vos attributs passifs.

PositronX offre une expérience de jeu plutôt simple à comprendre qui trouve ses limites assez vite. Pour le moment, il y a pas mal de travail à faire pour que PositronX ne devienne excellent. Tout d’abord, le système de combat manque de pêche, Scorpius Game revendique s’inspirer de fast-fps, mais cela ne se ressent pas dans le gameplay où les déplacements sont lents et pas toujours très intuitifs. L’IA des ennemis manque de variété, car ces derniers ont tous tendance à se ruer sur le joueur en ligne droite une fois qu’ils l’ont repérés. C’est assez frustrants en début de partie de se faire prendre en chasse par toute une salle qui se rue sur le joueur en file indienne.

En l’état, PositronX reste tout de même jouable puisqu’il n’y a pas vraiment de bug douteux. Le jeu tournant sur l’Unreal Engine 4 offre un rendu satisfaisant, même si la direction artistique ne plaira pas à tout le monde. En ce début d’early-access, il apparaît évident que Scorpius Games doit surtout bosser l’équilibrage du jeu pour avoir une expérience plus lisse et plus intéressante. La question du contenu est aussi importante, mais Scorpius Games entend déjà apporter de la variation dans le style des différentes salles qu’il sera possible d’explorer, dans la diversité des ennemis aussi. Bref, PositronX est un jeu encore brouillon qui prendre son envol ou ne restera qu’à l’état de chrysalide, tout dépend de comment Scorpius Games suivra son jeu.