Raytracing : Partout pour tous le monde ?

Le raytracing, c’est pas universel et c’est encore un peu flou

Alors que la “next-gen” est sur le point d’arriver. Il y a bien un mot qui reste constamment collée sur les lèvres de tous ou presque: le raytracing. Pourtant, il est difficile aujourd’hui, juste en suivant la communication des acteurs du jeu vidéo de comprendre ce qu’apporte le raytracing et surtout ce que c’est.

Aujourd’hui, le jeu étendard du raytracing, c’est Control et on peut dire que le résultat est plutôt alléchant. A en croire certains, cette techno, c’est un peu un filtre “instagram” qu’on active en faisant On/OFF. Bien évidemment, dans la réalité, c’est faux, mais peut-on vraiment jeter la pierre à ceux qui pensent cela tant le manque d’information ou plutôt le manque d’informations claires pour le grand publique se fait ressentir.

C’est quoi le raytracing ?

Il s’agit d’une technique de génération de la lumière différente de la rasterisation qui est la technique la plus répandue dans le jeu vidéo aujourd’hui. Le raytracing permet de prendre en compte notamment la réflexion et la réfraction de la lumière. C’est une technique très lourde qui commence être intégrée dans le jeu vidéo du fait d’outil de développement et de matériel permettant de l’utiliser en temps réel.

Contrairement aux idées, Nvidia avec son “RTX” n’est pas l’inventeur du raytracing. Qui plus est, le terme RTX désigne tout un ensemble d’outil comprenant la gestion de l’IA (DLSS…), le raytracing via l’API Optix (DXR et Vulkan sont aussi de la partie) entre autre. RTX est une plateforme propriétaire à Nvidia, tandis que le raytracing est une technique libre qui peut être utilisé par n’importe qui. Vous pourrez trouver une liste de jeu utilisant le RTX de Nvidia par ici. Vous conviendrez que les jeux utilisant RTX ne proposent pas forcément de raytracing.

Pour autant, c’est AMD (le concurrent de Nvidia) qui équipera les Xbox Series S/X ainsi que la PS5 avec le support du raytracing. Pour le moment, AMD n’a que très peu communiqué sur le raytracing. Il est une chose certaine, c’est que le RTX de Nvidia ne fonctionnera pas chez eux. Chez AMD, ça sera possible en utilisant DXR ou Vulkan. Comprenez qu’il n’y aura pas de surcouche propriétaire, ce qui est un argument en la faveur des développeurs.

AMD vs Nvidia : Le combat des titans ?

On pourrait être dans des situations où des jeux proposeront du raytracing, mais pas forcément chez tous les constructeurs et pas forcément dans les même conditions. Je me pose personnellement cette interrogation par rapport à DiRT 5 qui est déjà disponible au moment ou j’écris ces lignes. Le jeu a annoncé supporter le raytracing pourtant, il n’y figure aucune trace dans le jeu (sur PC dans mon cas). Le jeu étant poussé par AMD, va t’il falloir attendre la sortie des cartes graphiques RX 6000 pour voir apparaître le raytracing dans le jeu ? Sachant que je possède une Nvidia RTX 3080, vais-je pouvoir activer cette techno quand il sera disponible sans passer par le RTX ?

Pour le moment, ces questions sont sans réponses. Enfin pas totalement, AMD s’est exprimé il y a quelques jours en mentionnant que l’implémentation du raytracing par des outils propriétaires (Optix de Nvidia notamment) ne sera pas compatible avec leurs prochaines cartes graphiques. Il a été précisé qu’un titre comme Control bien que compatible RTX pourra proposer du raytracing avec les cartes AMD (cf.Tom’s Hardware).

N’en faisons nous pas un peu trop ?

C’est un peu mon ressenti personnel, mais j’ai bien l’impression qu’on en fait un peu trop avec le raytracing dans le jeu vidéo. Et oui, le raytracing tout comme le “SSD magique” de la PS5 ne sont que des composants de la nouvelle génération de console dont seront issus les jeux de demain et dans ce sens, il y a énormément d’éléments à prendre en compte pour comprendre à qu’elle point ces évolutions sont importantes. Le raytracing est forcément mis en avant, car son apport est logiquement ce que se voit le plus. Néanmoins, les graphismes ne font pas tout et même de très beaux jeux n’offrent pas toujours de bonnes expériences. Gardez à l’esprit que cette techno ne fait pas tout et qu’il y a encore pas mal de question qui doivent trouver des réponses.