LawBreakers

Lawbreakers : Un peu de gravité, ça ne fait pas de mal de temps en temps

Découvrez mes impressions sur le shooter Lawbreakers

Après avoir quitté Epic Games et siroté des cocktails durant une année sabbatique Cliff Bleszinsky s’est remis au travail avec un nouveau studio Boss Key avec un jeu sous le nom de code Blue Streak qui est par la suite devenue Lawbreakers. Connaissant Cliffy B et son passif chez Epic Games (Unreal Tournament, Gears of War…), il ne fallait pas s’attendre à autre chose qu’un’ gros FPS qui tâche et ce que propose Lawbreakers, la question est de savoir si Lawbreakers est bon.

Le hero-shooter est à la mode avec les Overwatch, Paladins, Battleborn et même le prochain Quake Champions a cédé. Lawbreakers a aussi opter pour ce système qui offre neuf classes différentes pour dix-huit personnages représentants les Law et les Breakers, Le titre propose des combats en arènes où deux équipes s’affrontent dans l’un des cinq modes de jeu. Les maps ont la particularité de posséder des zones sans gravité qui ajoute de la variation dans le gameplay.

L’arrivée en jeu se fera avec un peu de difficultée, le tutoriel reposant sur des vidéos Youtube et un mode bac à sable plutôt inutile. Néanmoins, il est facile de s’y retrouver car Lawbreakers ne propose que du multijoueur. J’ai d’ailleurs été surpris de voir qu’il n’est pas possible de choisir son mode de jeu si ce n’est en Partie Privée, pour le reste, c’est de la rotation de mode de jeu et de carte sans choix possible et c’est vraiment dommage. En ce qui concerne les modes de jeu, ils sont aux nombres de cinq et sont des variantes des modes de jeu classique que sont la Domination, la capture de Drapeau en passant par le Roi de la Colline. Noter qu’il n’y a pas de match mort en équipe ou solo, je m’en suis rendu compte assez vite, mais Lawbreakers est un vrai jeu d’équipe même s’il demande un sacré skill.

Niveau contenu, c’est comment Lawbreakers ?

Lawbreakers Test Screenshot - 0012

En ce qui concerne les arènes, nous avons droit à un panel de carte assez réduites qui favorise les affrontements, il faut l’avouer cela participe grandement au côté dynamique du jeu. Il est d’ailleurs quasiment impossible de camper dans Lawbreakers ou de spawn kill l’équipe adverse puisqu’il faut avant tout s’occuper des objectifs et qu’il n’y a pas de rotation des zones de spawns. Pour le coup, le level-design est très réussie puisqu’on se repert très facilement sur ces cartes, qu’il s’agisse des objectifs, des zones de soin (la vie ne remonte pas toute seule)… Il faudra faire aussi attention à ne pas sortir des limites la zone de jeu sous peine de mourir. Il y a aussi les zones de gravité (étonnamment bien gérée) qui permettent des affrontements très épiques

Pour les classes, on en retrouve neuf différentes avec un membre des Laws et un membre des Breakers pour chaque. La direction artistique de Lawbreakers tend vers le réalisme et cela se ressent dans le design des personnages qui reste sobre, il n’y a pas vraiment de personnage qui se démarque à ce niveau. Pour l’originalité, le train semble aussi être en retard puisque ces classes restent sobres et sans trop de folies, on va retrouver un Assasssin très agile qui combat principalement au corps à corps ou encore une classe de soutien qui soigne et qui combat au lance-grenade… Il est nécessaire de comprendre que Lawbreakers se joue aussi bien sur la capacité à fragger qu’à se déplacer. Chaque classe se joue de manière différente, certaines n’ont qu’une arme principale, d’autre possèdent plusieurs armes. Pour les déplacements, chaque personnage possède un Move qui lui permet de gagner en mobilité, pour certains, cela va être un boost de vitesse, d’autres un grappin ou un jetpack… D’une manière générale, le casting de Lawbreakers ne brille pas par son originalité, il reste néanmoins très cohérent et cela se ressent dans l’équilibrage qui est au top même si l’on pourra reprocher aux classes de corps-à-corps de tuer un peu trop vite. Il ya aussi un côte personnalisation dans Lawbreakers avec tout un tas de skins pour vos personnages, pour la plupart on les obtient lorsque monte de niveaux via des coffres, on peut aussi en acheter avec de l’argent réel. A titre perso, il y a des skins absolument magnifiques qui risque de vous faire les yeux doux.

La gravité m’a tuée

Lawbreakers Test Screenshot - 0009

S’il y a bien une chose où il n’y a presque rien à reprocher à Lawbreakers, c’est sur son gameplay très dynamique qui se prend en main de manière assez simple, mais qui est plutôt dur à maîtriser. Il va falloir comprendre comment se joue sa classe et honnêtement, j’ai été impressionné par certains joueurs en jeu qui jouait de manière diablement efficace. En contre-partie, Lawbreakers pourra engendrer un peu de frustration pour le néophyte qui découvre le jeu et qui va probablement être surpris sur certains affrontements où il ne saura pas comment il s’est fait tuer. Pour donner, un exemple, si un Assassin attaque un joueur sans que celui-ci ne l’ait repéré, c’est la mort assurée sans même savoir ce qu’il s’est passé.

Pour la partie technique, Lawbreakers utilise l’Unreal Engine 4 et pour son utilisation en jeu, c’est la fluidité qui prime par rapport au graphisme et c’est un bon choix puisqu’il n’y a rien à reprocher à ce niveaux si ce n’est l’aliasing qui est un peu trop présent de base. J’ai en revanche eu un peu de mal à supporter le matchmaking du jeu et les chargements trop longs pour entrer en partie et pour la sélection du personnage. Ca devient franchement lourd quand tu veux changer de personnage en court de partie et qu’il faille attendre 10 secondes que le personnage souhaité s’affiche à l’écran.

Pour terminer…

Lawbreakers Test Screenshot - 0008

Vous l’aurez compris, Lawbreakers est un jeu qui a tapé dans mon petit cœur de joueur pour autant, il semble qu’il n’ait pas réussie à percer avec un démarrage raté. Je trouve ça tellement dommage, pour autant, c’est aussi compréhensible tant la communauté est rigide et peu enclins à découvrir de nouveau titre. Pour ma part, je retourne m’amuser sur Lawbreakers.