book-of-demons cover

TEST Book of Demons : Et si Diablo était un jeu de plateau ?

Découvrez mon avis sur la version PC de Book of Demons

Il y a un peu plus de deux ans maintenant, je vous proposais mes impressions sur l’arrivée en early-access de Book of Demons. Il est maintenant temps de vous proposer mon test final du jeu après sa sortie sur Steam. Book of Demons est le premier jeu d’une série autour d’un projet qui vise à rendre hommage a des jeux cultes. Vous l’aurez sans doute devenez, mais Book of Demons revisite Diablo et comme vous allez pouvoir vous en rendre compte, c’est même plus que cela.

Book of Demons nous place quand même dans un contexte simple: l’Archidémon menace de détruire le monde. Ainsi le joueur va devoir descendre dans une succession de donjon pour allez en découdre et sauver le monde. Bref, c’est le pitch classique du bien contre le mal. Le joueur va avoir le choix entre trois classes de bases qui proposent un peu de variété dans le système de combat: guerrier, mage et brigand.

Book of Demons Test screenshots GretoGeek

Il n’y a pas de d’outil de création de personnage, mais on va pouvoir personnaliser la manière dont combat l’avatar du joueur grâce à un système de cartes. Ces cartes sont vos attaques, vos magies et attributs passifs. Ainsi c’est en progressant dans le jeu que l’on va pouvoir looter ces cartes et les positionner dans les slots prévues pour bénéficier de ce qu’elles apportent. Les cartes de sorts utilisent du mana tandis que les cartes passives réservent une certaines quantité de mana (cf. Path of Exile) et compter sur les cartes objets qui utilisent des charges et une fois le pool de charge à 0, on peut en looter sur les ennemis ou en acheter en revenant en ville. Ce système de carte est très accessible, mais permet aussi une grande variété de build possible. Je suis plutôt du genre à mettre un grand nombre de passif en n’utilisant jamais de cartes de sort tandis qu’un autre joueur préférera faire le contraire par exemple, c’est tout à fait possible et viable.

Book of Demons Test screenshots GretoGeek

Le système de combat est plutôt simple à expliquer puisque c’est le gameplay type hack’n’slash transporté sur un plateau. En gros, on traverse des zones de jeu sur des chemins prédéfinies sur lesquelles on ne peut pas déborder. Cela n’est pas un problème puisque les ennemis bien qu’ils puissent se déplacer librement, ne vous fonce pas dessus en mode “no brain”. La diversité des ennemis est d’ailleurs aussi un bon point. De plus, pour les éliminer, il faudra aussi faire attention à leurs attributs. Par exemple, certains ennemis portent des boucliers, ils faudra donc détruire ces boucliers avant de pouvoir leur infliger des dégâts. D’autres ennemis ont des cœurs gelés ou enflammés, il faudra donc leur donner deux fois plus de coup pour les tuer (on peut équiper des passifs pour contrer ces effets). Il y a aussi des élites ou boss que l’on identifie grâce au logo au dessus de leur tête et de la barre de vie qui apparaît en haut de l’écran lorsqu’on les affrontes. Le combat contre ces boss se déroulent en plusieurs phases où le boss aura des comportements différents.

Au niveau de la progression vers l’Archidémon, on peut dire que le jeu est découpé en trois arcs entrecoupés par des quêtes spéciales. La bonne idée du jeu vient du fait que l’on va pouvoir personnaliser la taille des donjons via le Flexiscope. En gros, vous pouvez définir la taille des donjons selon une jauge de temps. Par exemple, vous avez 20 minutes avant de partir au travail, vous pouvez définir un donjon de 10 ou 15 minutes.

Book of Demons Test screenshots GretoGeek

Au delà des donjons, vous avez la possibilité de revenir en ville pour avoir accès un panel de PNJ qui vous permettront d’améliorer vos cartes, de débloquer des nouveau slots pour les cartes… Je vais passer aussi très vite le gain d’XP du personnage qui permet de monter en niveau, mais qui n’a d’importance que pour le fait de donner au joueur un point de vie ou de mana au choix. Pour la partie technique, Book of Demons est un jeu qui pourrait tourner sur un Nokia 3310 sans problème. A côté de ça, il manque quand même quelques animations pour les personnages et ennemis, ce qui aurait donner un peu plus de cachet sur la partie artistique de jeu qui est parfois minimaliste, sans rechigner à balancer une masse d’effets à l’écran. Le jeu garde une bonne lisibilité, mais artistiquement, il manque un petit truc au jeu.

Book of Demons Test screenshots GretoGeek

Dans une note plus personnelle, je peux dire que j’ai bien aimé ce Book of Demons. Le seul soucis qui m’a vraiment dérangé, c’est le fait que le jeu devient prévisible a un certain moment et perd de son charme. En effet, une fois passé le stade de la découverte, le jeu ne vous surprendra plus. C’est un bon jeu, mais pas excellent. Qui plus est même avec les trois classes présentes en jeu, la durée de vie du jeu n’est pas si bonne que cela lorsqu’on la compare à Diablo, Grim Dawn ou Torchlight par exemple.

Remettons quand même les chose à leur place, Book of Demons est un petit jeu à petit budget et à petit prix.Forcément, il n’a pas l’ambition d’autre jeu du genre et cela se sent, mais si vous aimez le gameplay type hack’n’slash, vous ne devriez pas être déçu des 20€ à mettre dans ce jeu.