bulletstorm_full_clip_edition-5

Bulletstorm x G2A x Gearbox x TotalBiscuit : Bordel, j’ai mal au crâne

Il y a quelques mois maintenant, Gearbox Software qui venait d’acquérir la licence Bulletstorm annonçait l’arrivée d’un remake HD du jeu sur PC, PS4 et Xbox One. Clairement, c’était une bonne nouvelle car même si le jeu s’était fait plutôt discret lors de sa sortie en 2011, il possédait un certain charme et une méga dose de fun.

Néanmoins, Bulletstorm n’est pas le sujet du jour, mais plutôt le deal qui associe la boutique de jeu en ligne G2a et l’éditeur de Bulletstorm: Gearbox Software. Le deal prévoyait notamment une édition collector exclusivement vendue sur G2a. Et c’est alors qu’une partie de la communauté des joueurs a commencé à vivement critiquer ce deal à cause de la “réputation” de G2a. Ces critiques ont été cristallisées par TotaBiscuit, le youtuber/streameur mondialement connu. Ce dernier s’est montré assez virulent avec plusieurs posts sur les réseaux sociaux. C’est alors que Gearbox demanda des preuves concernant ce qu’avançait le youtuber britannique. Ce dernier a d’ailleurs expliqué toute sa démarche via une longue tirade sur Twitlonger  où il explique en quoi G2a représente un danger. Sans trop rentrer dans les détails, TotalBiscuit explique:

  • Comment G2A favorise le marché des cartes bancaires volées
  • Comment G2A s’enrichit en vendant une assurance (le Shield de G2a) sur des clés”potentiellement volées”

bulletstorm g2a gearbox totalbiscuit

Gearbox a alors décidé d’imposer certaines conditions à G2a jugeant que la boutique de clé en ligne n’est pas assez respectueuse des joueurs, des éditeurs… Et que si ces conditions n’étaient pas respectées pour la sortie du jeu, Gearbox n’hésiterait pas à mettre un terme à leur partenariat.

Si vous avez suivie l’actualité, vous l’avez compris, le remake HD de Bulletstorm est sortie sans qu’aucunes modifications n’airnt été apportées par G2a. Ces derniers se sont exprimés  chez Kotaku par le biais de Maciej Kuc, responsable presse chez G2a. Maciej Kuc défend certaines accusations récurrentes, il explique notamment que G2A ne donnera pas d’accès direct à leur base de données aux développeurs/éditeurs pour éviter que ceux-ci ne désactivent toutes les clés frauduleuses (ainsi que toute forme de sabotage), ce qui reviendrait à perdre le contrôle de leur propre boutique. La seule façon d’avoir un retour sur qui est vendu par G2a passe par le programme G2A Direct (Polygon en parle d’ailleurs par ici). Kuc ajoute que G2a est enclin a retiré les clés achetées de manière frauduleuses à condition que les développeurs puissent le prouver. On en revient au serpent qui se mort la queue. Et Bulletstom dans tout ça ? Et bien le jeu est sorti, le deal entre Gearbox et G2a est tombé à l’eau… et personne n’est plus avancé dans tout ce bazar.

Pour certains d’entre vous, il est assez difficile de comprendre en quoi G2a représente un danger pour les développeurs. Après tout, la boutique propose des prix imbattables et “c’est toujours mieux d’acheter un jeu plutôt que de récupérer une version pirate”… Cependant, la fraude fait partie intégrante du système, il y a quelques années quand ce genre de boutique émergeaient sur le web, il n’était pas rare d’acheter une clé qui avait déjà été vendue à une tierce personne sans avoir la possibilité d’être remboursé.  Parfois, ce sont les éditeurs comme Ubisoft qui prenait le taureau par les cornes en désactivant systématiquement les clés qui étaient achetées sur ces plateformes, car même si on parle beaucoup de G2A, il ne s’agit pas de la seule boutique de clé en ligne sur internet.

Je ne suis pas là pour juger des bonnes intentions de G2a ou de tel autre acteur, mais force est de constater qu’avec un système où les fraudeurs ne sont pas identifiés de manière efficace, ce sont les développeurs qui en font les frais car quand un fraudeur achète X jeux sur le site web d’un développeurs avec des cartes bancaires volées, ce sont ces même développeurs qui se retrouvent à payer des frais de dossier sur des ventes dont ils n’ont perçu aucune commission (cf. TinyBuild, les développeurs de Punch Club).

Ça me donnes mal à la tête, car il m’est arrivé de me prendre quelques jeux sur G2a et autres sites de clés. En faisant cela, j’ai peut-être enrichi le porte-monnaie d’un fraudeur, tout en ayant indirectement pénalisé les créateurs du jeu que j’ai acheté…