Drifting Lands : Mes impressions en ce début d’early-access

Il y a quelques jours, le 24 janvier dernier pour être précis, est arrivé Drifting Lands le nouveau jeu du studio français « cocorico » Alkemi. C’est un jeu que j’ai découvert pour la première fois lors d’une soirée alors que je suivais l’émission hebdomadaire PiXXL animé par Merry et les Epicuriens sur Twitch. Ce soir-là, c’est Alain Puget, le fondateur d’Alkemi qui était invité pour parler de Drifting Lands.

J’ai tout de suite été très attiré par ce jeu dans un genre pas forcément hyper représenté ces dernières années. Le Shoot’m’up ou shmup, ce genre de jeu qui est juste magnifique à regarder en speedrun tant le talent de certains joueurs est impressionnant. Ma première expérience sur un sh’m’up remonte à R-Type sur Game Boy et le dernier jeu du genre à m’avoir vraiment accroché est Jamestown mais plus pour sa direction artistique et sa bande son que pour son gameplay.

Alors, vous vous demandez ce qui m’a intéressé chez Drifting Lands. La réponse est simple, le jeu est un sh’m’up. Cependant, il se joue comme un RPG dans la progression. On peut comparer l’expérience de jeu avec des hack’n’slash type Diablo ou Path of Exile. C’est assez surprenant comme mélange, mais le résultat est déjà enchanteur, en tout cas pour le moment. Il est vrai que je n’y ai que très peu joué pour le moment. Pourtant, je trouve que le titre à un très gros potentiel.

drifting lands early-access

On peut vraiment séparer le jeu en deux parties: la partie classique Shmup et la partie hack’n’slash. Drifting Lands reste un shmup dans son essence première et l’action reste plutôt classique à ce niveau. On esquive, on tire, on lance des compétences et on récupère le butin. La profondeur du jeu vient de sa partie hack’n’slash qui apporte une progression basée sur la loot, l’attribution de point de compétence ainsi que les builds basé sur les pièces d’équipement lootées, achetées ou construites.

Vous avez donc accès à 3 vaisseaux qui sont spécialement basés sur l’attaque, la défense et le dernier qui joue l’équilibre entre les deux. Vous pourrez équiper des pièces d’équipements sur vos vaisseaux comme dans Diablo par exemple. Vous récupérerez ces équipements via le loot durant les parties, en les craftant via les schémas qui vous récupérez et en les achetant. Vous pourrez aussi attribuer jusqu’à 4 compétences actives sur vos vaisseaux plus 2 autres automatiques. A terme, ce sont plus de 40 compétences qui sont disponibles, autant dire qu’il y a le choix. Et je n’oublie pas les points de compétences à attribuer dans 3 caractéristiques qui influent grosso modo sur votre DPS, votre résistance…

drifting lands early-access

Bref, pour le moment, Drifting Lands sent vraiment très bon. J’ai tout de suite été attiré par sa direction artistique et sa bande son. De plus, en tant que gros joueurs de hack’n’slash, je trouve que mélange avec du shmup est vraiment cool. Je vais donc suivre le développement du jeu avec attention en attendant une petite vidéo de présentation qui arrivera bien tôt, j’espère.

[advanced_iframe securitykey= »7f0c24595350567a21293902a54e938addf69a91″ src= »https://store.steampowered.com/widget/322750/ » height= »190″]

P.S : J’ai retrouvé l’émission de PiXXL où l’on retrouve Alain Puget, le fondateur d’Alkemi. Enjoy ^^