cyberpunk 2077 - attente jeux vidéo 2020

TEST Cyberpunk 2077 : Un lancement chaotique pour un jeu exceptionnel

Date de sortie
10 décembre 2020
Développeur
CD Projekt
Editeur
CD Projekt
Support
PC / PS4 / Xbox One

Découvrez mon avis sur la version PC de Cyberpunk 2077

A chaque génération, il y a des titres qui sont plébiscités par un grand nombre de joueurs avec une hype énorme. On peut mettre des grosses exclues de chez Sony comme The Last Of Us 2 ou les blockbusters de chez Rockstar que sont Red Dead Redemption ou GTA, je n’oublie pas non plus Bethesda avec Skyrim. Le géant polonais CD Projekt s’était invité à cette table avec l’excellent The Witcher 3 qui n’a quasiment pas pris une ride alors que cela fait déjà cinq ans qu’il est sorti. C’est donc avec beaucoup d’impatience que la sortie de Cyberpunk 2077 était attendue. Le 10 décembre 2020, le monde s’est donc tourné vers le dernier née de CD Projekt pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

Un peu de contexte autour de la sortie de Cyberpunk 2077

Vous n’êtes probablement pas sans savoir que la sortie de Cyberpunk 2077 s’est faite dans un climat délétère. D’une part les versions PS4 et Xbox One n’étaient pas jouables dans un état convenable et sur (un gros) PC, l’aspect fluide du jeu était correct à la sortie, c’était sans compter sur une multitude de bugs parfois bloquant la progression qui étaient présent sur toutes les versions du jeu. Cyberpunk 2077 n’était tout simplement pas terminé. On peut clairement comparer la sortie de ce titre à celle de No Man’s Sky, Anthem ou encore celle de Batman Arkham Knight.

Il paraît évident que le titre n’aurait jamais dû sortir dans cet état. C’est à un tel point que les versions dématérialisées sur le PSN et le store Xbox ont été retirées de la vente et que les acheteurs de ces versions ont la possibilité de se faire rembourser.

A qui doit-on se fiasco ? La direction CD Projekt ? Les actionnaires du studio ? Sony ? Microsoft ? A mon sens (et c’est mon avis personnel), c’est la faute de tous ces acteurs avec en point d’orgue la direction de CD Projekt, il faut dire que la communication quant à ce qui a suivi les différents reports ainsi que la manifeste décontraction fasse au “crunch” des employés du studio montrent une certaine déconnexion fasse à la réalité dans le meilleur des cas ou un mensonge dans le pire des cas. Il était clairement impossible pour eux de ne pas savoir que certaines versions du jeu étaient juste injouables. Quant à la raison pour laquelle la date du jeu a été maintenue malgré moults reports, il va falloir chercher du côté des décideurs chez CD Projekt même si la pression des actionnaires et d’acteurs externes comme Sony et Microsoft a dû jouer dans le tout ce bazar. Je pense sincèrement, que les versions old-gen auraient dû être abandonnées au profit d’une sortie en 2021 ou 2022, soyons fou, sur les consoles actuelles et PC.

Pour autant, Cyberpunk 2077 est quand même sorti et même s’il est rempli de bugs est-ce que les promesses de CD Projekt ont été à la hauteur de la hype et encore mieux est-ce que le jeu est bon ? Finalement, c’est la question la plus importante et je compte bien vous livrer mon avis.

Bienvenue à Night City mais avant d’y mettre les pieds. On va faire un point config PC. Vous vous en doutez, les configs PC pour faire tourner le jeu sont plutôt costaud. J’ai fait tout le jeu sur le combo processeur AMD Ryzen 7 2700 X + carte graphique RTX 3080 entres autres. Ce qui m’a permis de profiter du jeu en ULTRA (DLSS activé sans Raytracing) en 1440p avec un framerate qui oscillait entre 60 et 80 fps. Ce qui m’a plutôt surpris par rapport à un Watch Dogs Légion qui tourne moins bien que Cyberpunk 2077. Mais passons, concentrons-nous sur le jeu, je reviendrais plus tard pour un point technique complet qui mettra en avant ce qui fonctionne et aussi ce qui ne fonctionne pas techniquement parlant.

Night City : Road to be a legend

V, c’est le protagoniste de Cyberpunk 2077, c’est le personnage que l’on incarne au cours de l’aventure. On pourra définir son genre et son physique via l’outil de création de personnage. Il va ensuite être question de choisir une “origine” parmi un choix entre trois factions. Ça a une incidence sur le point de départ de l’aventure qui diffère selon la faction choisie. Cela a aussi une incidence sur des lignes de dialogues durant l’aventure. Revenons sur Terre, l’influence du choix de départ n’a pas forcément une grande incidence sur la globalité de l’aventure.

Une fois la mission liée à la faction de départ, terminé, le jeu entre dans un prologue qui présente Night City et surtout la motivation de V: devenir un légende et laisser une trace de son existence. Finalement, n’est-ce pas la meilleure raison de jouer à un jeu dans un univers cyberpunk où la quête du transhumanisme et le fait vouloir de vivre éternellement est l’un des fondements même de ce genre à part entière ?

V va alors partir dans une vie de mercenaire où il prendra les contrats les plus périlleux. Et c’est justement, l’un des ces contrats qui sera au centre de la quête principale du jeu. Celle-ci est à l’origine d’événements qui ébranlent les fondations même de Night City.

L’aventure que propose Cyberpunk 2077 est plus une histoire de personnage qu’un véritable “conte moderne” portée pour un scénario de haute volée. En ce sens, l’histoire principale n’est pas spécialement très longue (cela était aussi la volonté pour CD Projekt de proposer une aventure plus courte pour que plus de joueurs arrivent à la fin), le contenu annexe vient épaissir l’aventure pour celui que cela intéressera. Mais comme citée plus haut, ce sont les personnages qui font le sel de cette aventure. Le tout est porté par la ville de Night City qui n’est pas forcement le monde ouvert le plus généreux en terme de taille brut, mais que dire de la densité d’éléments qui composent cette ville.

L’immersion déjà avec la vue subjective avec énormément de détail fait pour plonger le joueur dans sa bulle font de Night City un personnage à part entière.

Un jeu d’action qui oubli totalement ou presque l’aspect RPG

Cyberpunk 2077 est donc un FPS qui va piocher tantôt dans le RPG tantôt dans le GTA-like. Le jeu se déroule donc dans le monde ouvert de Night City. Plus on avance dans la quête principale, plus le nombre de quêtes secondaires augmente. Il y a tout un tas d’activités annexes qui demandent généralement de jouer du flingue. Globalement, la quête principale peut  se terminer assez vite en ligne droite. Pour autant, celui qui cherche le 100% en aura pour une centaine d’heure voir plus en fonction de son rythme.

Chose intéressante, les personnages clés de la quête principale ont tous un arc de quête dans le contenu secondaire. A mon sens, en plus de la quête  principale, ces arcs sont à faire afin d’avoir le choix de la fin du jeu. En effet, le jeu possède cinq fin avec des variantes dont les conditions pour les débloquer requiert certaines étapes liées à des quêtes secondaires lié à des personnages clés.

Pour autant, ne vous attendez pas à ce que vos choix aient une influence globale à ce que propose l’aventure. Les choix que vous ferez dans le jeu passeront souvent par des dialogues à la Mass Effect. Cela pourra vous permettre d’effectuer des quêtes de différentes manières (exemple : un choix de dialogue qui vous permet de remplir une quête sans tirer un seul coup de feu), mais cela va rarement plus loin. Généralement, les choix que vous faites en jeu n’affectent que très peu voir pas du tout l’univers dans lequel vous évoluez. On n’est clairement ni dans Skyrim ni dans Fallout à ce niveau. 

Finalement, l’aspect RPG de Cyberpunk ne se trouve que dans la progression basée du joueur elle même basée sur des compétences qui vous demanderont de vous spécialiser. Là, le jeu est très bon. Il offre une belle diversité dans la manière de créer son personnage. Le piratage, le combat au corps à corps, l’utilisation d’armes à feu de différentes catégories… Bref, le jeu offre un panel de build plutôt sympa. Il y a aussi la présence de mods qui vous permettra de vous spécialiser et de débloquer des capacité plutôt sympa comme le double saut ou la présence d’un lance roquette dans votre bras.

Malgré cela, l’équilibrage des builds du jeu laisse clairement à désirer. Le début du jeu peut paraître être difficile voir frustrants à cause de l’IA souvent apathique et tantôt très agressive, mais une fois quelques niveaux passés et avec un build à peu près cohérent, le joueur devient bien trop puissant et même dans le mode de difficulté le plus difficile, le combat devient un jeu d’enfant. Si bien que même le combat de boss finale n’est que pure boucheries, vous trouverez d’ailleurs un tas de vidéos de ce combat final sur Youtube et vous vous rendrez compte que c’est beaucoup trop facile et non pas car ce dernier est nul, c’est simplement que le joueur est beaucoup trop bien équipés.

Cyberpunk 2077 : Un monde ouvert façon GTA

Forcément, si l’aspect RPG du jeu est assez moindre, c’est surtout car Cyberpunk 2077 s’est vraiment inspiré de tous les jeux monde ouvert type GTA, Watch Dogs que l’on connaît très bien. Pour autant, CD Projekt propose ici une expérience à l’ambition démesurée. Déjà par toute la partie artistique du jeu (j’y reviendrais plus tard) et aussi dans le découpage de Night City, des différents quartiers qui la composent.

Pour le coup, on retrouve énormément de contenu totalement annexe qui permet de récupérer armes, équipements et autres objets plus ou moins utiles à votre aventure. La plupart du temps, ce genre de contenu me laisse de marbre et ça s’apparente plus à une corvée qu’autre chose. J’ai ressenti cela aussi sur Cyberpunk 2077 même s’il y a quelques activités qui sont un minimum intéressantes.

Mais ne soyons pas rabat-joie, il est possible de se balader et de faire tous le contenu annexes avant de voir arriver la fin du jeu. Pour autant, comme mentionnée plus haut. Ça n’aura pas forcément d’incidence sur les fins du jeu ou même sur la façon dont l’univers répond “aux actions du joueur”.

Un véritable FPS ?

Généralement, les action-RPG à la sauce FPS sont plutôt décevants dans leur partie shoot. Je pense à Fallout et le récent The Outer Worlds. Autant vous le dire de suite, Cyberpunk 2077 met une claque a ces titres sur la partie shoot. Cyberpunk 2077 offre une expérience vraiment bonne en ce qui concerne l’utilisation des armes à feu. Qu’il s’agisse des armes cinétiques, techniques ou intelligentes, les sensations offertes sont justes très bonnes.

Je peste contre contre l’IA qui n’est généralement pas très bonne. Et si vous pensez vous la jouer Sam Fisher en mode infiltration ou dans des runs sans tuer personne, ça va être difficile (mais pas impossible) tant le jeu n’est pas calibré pour cela.

Notez aussi que le jeu a été pensé avec une vue subjective. Une vue à la troisième personne ne devrait pas arriver où alors pas tout de suite. Il y a bien un mod qui a été développé par la communauté, mais le résultat est juste dégueulasse (et je suis poli). 

Mais où est passée la physique ?

Il est l’heure de passer aux problèmes et finalement celui qui est le plus gênant. La physique, c’était déjà assez compliquée sur The Witcher 3 à lors de la sortie du jeu, mais sur Cyberpunk 2077, c’est à un nouveau stratosphérique de débilité. Cela passe par l’inertie appliquée à la conduite des véhicules, les comportements aléatoires durant certaines collisions… Ces deux points sont vraiment très gênants d’une part parce que l’on passe beaucoup de temps en véhicule et car des bugs de collisions apparaissent très souvent et de manière totalement aléatoire.

Des bugs partout tous le temps dans Cyberpunk 2077

Vous n’avez probablement pas eu besoin de lire mon test pour savoir que Cyberpunk 2077 est un jeu pas terminé remplie de bugs et en ce sens, il est gangrené par tous les bugs habituels des jeux en monde ouvert: bugs de scripts, disparition sous la carte, des éléments qui apparaissent à l’écran alors qu’ils ne le devraient pas, les objets au sol lootable impossible à ramasser… Je ne vais pas m’étaler plus longtemps dessus, la liste est beaucoup trop longue.

En ce qui me concerne, je n’ai pas eu affaire à des bugs bloquants (même si je sais que certains joueurs n’ont pas pu boucler certaines quêtes) et que pour la majeure partie des bugs, un rechargement de sauvegarde suffit à les résoudre. Mais est-ce la bonne façon de profiter du jeu? Certainement pas. Cyberpunk 2077 propose une expérience vraiment immersive. La vue subjective et la ville de Night City font tout pour immerger le joueur. Ces bugs à répétition cassent cette immersion ou la réduisent grandement.

Une masterclass artistique sublime

Pour le coup, s’il y a bien un point sur Cyberpunk 2077 où il n’y a pas débat c’est bien dans tout le travail artistique qui a été effectué. C’est tout bonnement exceptionnel et même si Ghost of Tsushima fut ma plus grosse claque visuelle en 2020, Cyberpunk 2077 n’est pas loin derrière. Le soin et le détail des éléments qui forment la ville de Night City, c’est vraiment du très lourd. Le chara-design couplé au fait que sur chaque scène pas un seul PNJ n’a la même tête (coucou Ubisoft) ajoute un cachet énorme au jeu et à son immersion justement. Notez aussi le soin dans toute la partie éclairage de nuit comme de jour avec et sans raytracing.

Il ne faut pas non plus oublier tout l’aspect sonore qui permet aussi de grandement s’immerger dans le jeu et là aussi CD Projekt a envoyé du très lourd. De la BO aux bruitages des armes en passant par le doublage, tout est extrêmement soigné.

cyberpunk 2077 - capture

Alors techniquement, c’est comment ?

Finalement, la technique (hormis la physique) est un point qui m’a surpris sur le jeu. Le premier temps de chargement est assez long sur un disque dur classique (et plus rapide sur SSD). Il y a même une option dans le menu du jeu qui permet d’optimiser la manière dont le jeu charge ses assets en fonction de s’il est installé sur un SSD ou disque dur classique. Sachez tout de même que sur un disque dur classique, le clipping est assez violent et si ce dernier ne tient pas la cadence, vous aurez des mini-freezes signalés par un petit point d’interrogations vous signalant que le jeu charge des assets. Dans ce cas, pour une expérience optimale, vous devriez opter pour installer le jeu sur un disque dur plus rapide. C’est bien la première fois que je vois ça dans un jeu PC et j’espère que c’est une option que l’on va trouver sur de plus en plus de jeux.

Niveau stabilité et fluidité, j’ai dû avoir un retour Windows et sinon dans l’ensemble, mon expérience a été plutôt bonne. Avec le combo RTX 3080 / R7 2700x, j’ai fait le jeu en 1440p réglage ULTRA / DLSS ON / Raytracing OFF (la plupart du temps) avec un framerate fluctuant entre 60 et 80 fps en fonction des scènes.

cyberpunk 2077 - capture

Pour terminer sur Cyberpunkl 2077…

Dans un certains sens, la fin peut devenir le commencement et dans le cas de Cyberpunk 2077, sa sortie sonnait comme la fin d’une attente chez les joueurs qui sonna d’ailleurs comme le début d’une sale affaire pour CD Projekt et le drama qui a suivi la sortie du jeu.

Vous l’aurez compris, Cyberpunk 2077 est un jeu que j’ai adoré faire pour plein de raisons, mais je suis aussi très frustré par ce lancement raté. D’une part par solidarité avec les joueurs qui pensaient profiter d’une version jouable et qui se sont retrouvés avec un étron (disons clairement les mots), mais aussi car le jeu ne respecte pas toutes les promesses attendues. 

De mon point de vue, l’aspect RPG dans un jeu vidéo ne résume pas qu’à une feuille de personnage et des compétences à chopper dans un arbre. Bien qu’immersive, la ville de Night City ne “réagit” pas aux actions du joueurs et même si le scénario propose quelques embranchements, la trame scénaristique de Cyberpunk 2077 est linéaire. Oubliez l’infiltration ou le fait de faires des runs sans tuer personne, le jeu n’est pas fait pour ça.

cyberpunk 2077 - capture

Dans un sens, Cyberpunk 2077 s’apparente plus à du GTA qu’à un véritable RPG. Si certains trouvent qu’on y perd au change, je trouve au contraire que l’expérience en jeu est suffisamment bonne pour en faire un jeu de qualité. Il faut dire que la partie action/shooter est vraiment réussie dans le sens où elle offre de très bonnes sensations.

Pour conclure, je ne peux pas dire que je conseille le jeu aux moments où j’écris ces lignes simplement parce que le jeu n’est pas terminé et que même s’il est jouable, il est préférable d’attendre que CD Projekt sortent les mises à jours promises avant de vraiment s’y intéresser. Et en même temps si vous êtes du genre téméraire (ou très tolérant), je vous conseille le jeu, car même dans cet état, il offre une très belle expérience.

cyberpunk 2077 - attente jeux vidéo 2020
TEST Cyberpunk 2077 : Un lancement chaotique pour un jeu exceptionnel
Positifs
Artistiquement complément fou
La ville de Night City
Un jeu extrêmement beau
La partie shooter vraiment bonne
Un excellent casting de personnages secondaires
Négatifs
Des bugs partout tous le temps
La physique du jeu totalement cassée
L'aspect RPG sous exploité
Les promesses ne sont pas toutes respectées
7
%d blogueurs aiment cette page :