TEST Fist of the North Star Lost Paradise : Tu ne le sais pas encore, mais t’es déjà mort

Découvrez on avis sur la version PS4 de Fist of the North star Lost Paradise

Lorsque Sega annonçait la sortie chez nous de Fist of the North Star Lost Paradise chez nous, j’avais accueilli la nouvelle avec joie, car on ne va pas se mentir notre ami Kenshiro a plus été maltraité qu’autre chose dans ses adaptations en jeu vidéo. C’est donc le studio Ryu Ga Gotoku que l’on connaît pour la série des Yakuza qui s’est mis au travail pour nous proposer un beat them all à la sauce Yakuza, la question est de savoir si la mayonnaise a pris.

Fist of the North Star: Lost Paradise

Fist of the North Star Lost Paradise s’apparente plus à un spin-off qui reprend la recette de ses aînés à la différence près que nous sommes dans l’univers de Hokuto no Ken (Ken le survivant) et forcément niveau univers et scénario, ce n’est pas du tout la même chose. La scénario de ce titre reprend la trame du début de Hokuto no Ken et donc l’épopée de Kenshiro pour retrouver sa bien aimé Yuria qui a été enlevé par Shin en ayant laissé un Kenshiro agonisant. Cependant, le scénario du jeu entre très vite dans une histoire inédite qui n’est pas présente dans le manga de Buronson. En effet, Kenshiro entend des rumeurs sur une ville qui prospère malgré l’apocalypse qui s’est installé depuis la guerre nucléaire qui a mis fin au monde tel que nous le connaissons, il s’y rend donc en espérant trouver la trace de Yuria

Pour autant, ce scénario m’a clairement laissé sur ma faim. Son principal défaut étant qu’il n’est pas passionnant, il serait même plus juste de dire que le jeu alterne les moments forts pour faire retomber la tension quasiment immédiatement après. Nous avons bien sûr droit aux fameux retournements de situation (tout comme une partie de la mise en scène) que les scénariste de Yakuza ont l’habitude nous proposer. Qui plus est, les nouveaux personnages introduits dans cette histoire ne sont pas vraiment convaincants et même les personnages du manga que sont Toki, Jagi ou Raoh ne sont pas vraiment mis en valeur. Il faut aussi dire que la proportion du scénario a s’étirer de manière artificielle en faisant faire au joueur des aller-retour pour aller voir des PNJs quand une simple cut-scène peut suffire, rend l’aventure souvent lourde.

Fist of the North Star: Lost Paradise

Pour ce qui est de l’aventure en elle même, elle reprend vraiment les bases posées par la série Yakuza et il en va donc la ville principal où se déroule l’aventure: Sphere City. Une ville remplie de PNJ qui vous donneront des quêtes annexes, on y trouve les PNJ marchands, mais aussi toutes les activités annexes comme le casino ou encore le Colisée qui vous permettra de combattre des une arènes face à des hordes d’ennemis, je pense aussi au cabaret qui vous permettra de gérer un club d’hôtesses. Noter aussi la présence d’activités liées à la possibilité de conduire un véhicule et ça c’est une nouveauté qui n’aurait jamais du arriver dans l’état où elle est. En effet, au delà de Sphere City  le jeu vous permettra de vous balader dans le Wasteland pour y effectuer des quêtes ou par de la récolte de ressource.

Pour tout vous dire, la présence du Wasteland est une fausse bonne idée, la faute à une exécution plus que douteuse. En effet, histoire de rendre l’exploration du Wasteland intéressante, le jeu vous propose de conduire un véhicule, mais il faut avouer que la conduite est simplement catastrophique: aucune gestion de la physique, maniabilité digne d’un jeu de course sur PS2… Mas finalement, cela fait directement écho au plus gros défauts du jeu, sa technique. Fist of the North Star Lost Paradise est vraiment laid ou plutôt, il est très daté. Il n’a heureusement aucun soucis de framerate, mais qu’il s’agisse de l’aliasing ultra présent, des textures “PS2” ou de la modélisation (et des animations) des personnages, Fist of the North Star Lost Paradise est une véritable régression vidéoludique. Et aussi, si vous aimez les temps de chargements, le jeu en est rempli tout le temps et on va dire que c’est très agaçant.

Fist of the North Star: Lost Paradise

Pour autant, la principale qualité du jeu arrive à éclipser une partie des défauts, c’est son système de combats. Un système de combat que l’on retrouve dans la série Yakuza et qui ici prend une tournure beaucoup plus sanglante et extrêmement jouissive. Le jeu récupère aussi le système de progression du personnage de Yakuza. Le tout fonctionne en synergie, ce qui fait que plus on avance dans le jeu plus les combats se révèlent être technique tout en augmentant le nombre de combos et possibilités possibles. Je trouve par contre que la présence des QTE est un peu trop poussée et pour le coup, je salue la possibilité de pouvoir en limiter la présence. Une option est d’ailleurs aussi présente pour désactiver les mares de sang provoqués par les attaques mortelles de Kenshiro et du Hokuto Shinken.

Fist of the North Star Lost Paradise

Pour tout vous dire, j’ai apprécié ce Fist of the North Star Lost Paradise malgré sa technique d’un autre temps, de sa modélisation en carton et de son scénario en demi-teinte. Son système de combat est vraiment au top, ainsi ceux qui trouvent que les combats du dernier Spider-man sont un peu simple, il va falloir venir sur les jeux Yakuza ou ce Fist of the North Star Lost Paradise. Même les petites nouveautés comme la présence du Wasteland et de la possibilité de conduite des véhicules ne sont clairement pas géniales. On sent bien que le budget alloués au jeu n’était clairement pas à la hauteur, mais cela permet aussi de souligner la quantité de travail hallucinante sur les épisodes de la série Yakuza. Bizarrement, si je trouve que le jeu a quand même pas mal de défaut, je m’y suis quand même amusé. Pour autant, c’est un jeu que je vais avoir du mal à vous conseiller.

[amazon_link asins=’B07GW3QSK5′ template=’ProductCarousel’ store=’grettogeek-21′ marketplace=’FR’ link_id=’c1f0fd77-c57d-11e8-aa8f-7b43aa429d51′]