Metro Exodus Edition limitée Aurora

TEST Metro Exodus : L’exode pour un monde meilleur qui tourne au drame

Dernière mise à jour:

Découvrez mon avis sur la version PS4 de Metro Exodus

Metro Exodus est l’un des jeux que j’attendais le plus cette année avec Anthem dont le test est déjà disponible depuis quelques jours. Peu avant la sortie du jeu, nous apprenions que la version PC quittait Steam pour l’Epic Game Store au plus grand désarroi d’une partie des joueurs. Pour autant, cela ne semble pas avoir entaché les premiers chiffres de ventes qui sont plutôt bons. Néanmoins, ce qui vous intéresse si vous lisez ce test, c’est avant tout de savoir si Metro Exodus est un jeu de qualité. C’est à cette question que je vais essayer de répondre aujourd’hui.

La saga Metro s’achève et quoi de mieux que de s’offrir un baroud d’honneur en mettant l’ambition au service d’une licence qui a toujours été cloisonnée dans un Moscou dévasté. Metro Exodus commence avec Artyom, le héros de toujours qui cherche désespérément des signes de vie venant hors de Moscou. Sans trop en dire, Artyom et sa fine équipe vont partir dans un road-trip à travers la Russie rien que ça dans le but de trouver un nouveau foyer. Ce voyage se fera à bord de l’Aurora et permettra de vivre une aventure en traversant la Russie au fil des saisons à la découverte d’un monde ouvert (mais pas trop). Cette semi-ouverture est un bol d’air frais dans une licence où les précédents jeux gardaient le joueur sous pression dans des expériences très cloisonnés. Pour autant, la narration reste au centre de tout, il n’est pas question de retrouver une multitude de quête annexe à foison tel les derniers Assassin’s Creed par exemple, même si le jeu en comprend une petite dose. Sans en dévoiler de trop, je trouve que le scénario qui nous est offert manque clairement d’enjeu ou même de surprise. C’est loin d’être mauvais, mais on est quand même un ton en dessous de Metro 2033 qui propose le meilleur scénario “selon moi”.

De plus l’ouverture du jeu et ses différentes zones reposent sur le même principe de game-design où il faudra faire face à un/des groupes de personnes lié à un grand méchant. Chose intéressante, tout le monde n’est pas votre ennemi et éviter de tuer les simples habitants vous sera bénéfiques puisque cela impactera la fin du jeu (en vrai, c’est pas fou). Il y a aussi des ennemis qui eux n’hésiteront pas à vous attaquer et là pour le coup, il ne faut pas se retenir. S’il y a une chose que j’ai trouvé vraiment réussie, c’est le design des différentes zones de jeu. Ajoutey à cela une direction artistique très chouette et un  jeu au rendu vraiment bon et on obtient un cocktail qui mérite le détour. Rien que pour ça, 4A Games a bien fait “d’ouvrir l’aventure”.

L’ouverture du jeu et le fait que l’aventure ne se passe plus dans le métro de Moscou a aussi apporté des changements de gameplay et notamment sur les munitions qui ne sont plus utilisées comme de la monnaie, mais qu’il va falloir crafter via les ressources récoltées ici et là. Pour le coup, tout l’aspect artisanat/craft est semblable à ce que l’on trouve dans Fallout par exemple, même si toute proportion gardée, cela reste très light et plus simple d’utilisation.

J’ai envie de décrire un peu l’IA qui est vraiment débile dans ce jeu. Vous le savez si vous avez joué au précédent épisode, il est préférable de tenter l’infiltration plutôt que de partir de suite dans les gunfights. Cela s’applique à Metro Exodus sauf que l’IA est tellementt teubé, que ça en devient risible.

screen metro exodus

Nous sommes en 2019 et les FPS narratif se perdent. Metro Exodus en est l’un des derniers représentants “ambitieux”, il est inutile de rusher partout en voulant tout faire le plus rapidement possible, vous manqueriez pas mal de chose et notamment tous les dialogues qui permettent d’en découvrir plus sur les compagnons d’Artyom durant l’aventure. Pour le coup, c’est quand même dommage qu’Artyom (comme beaucoup de héros de jeu vidéo) ne parle toujours pas et c’est quelque chose qui me gêne de plus en plus de manière générale.

Si on pouvait reprocher aux studios des pays de l’Europe de l’Est de ne pas trop soigner la technique des jeux vidéos, je dois avouer que Metro Exodus m’a secoué à ce niveau dans le bon comme dans le moins bon. Tout d’abord, le jeu est vraiment jolie et sa direction artistique est juste à tomber par terre. Là où je suis par contre déçu, c’est dans le framerate complètement à l’ouest sur PS4 et de le distance d’affichage qui mélangé au clipping rend le tout difficile à apprécier par moment. Je n’oublie pas les temps de chargement s qui peuvent durer plusieurs minutes (oui, oui…). 4A Games a aussi toujours autant de difficulté à assurer la finition de leur jeu et Metro Exodus souffre de cela. Entre les problèmes de sons (mauvaise spatialisation, mauvaise synchronisation entre les sons et les mouvements des personnages), les animations sont aussi datées du siècle dernier sans oublier le nombre de bug (les ennemis scotchés au plafond, des éléments du décor qui apparaissent/disparaissent…).

screen metro exodus

Globalement j’ai été un peu déçu de ce Metro Exodus, il offre une aventure solide dans un univers qui avait finalement encore pas mal de chose à offrir. J’ai par contre beaucoup de mal à passer outre la technique du jeu et sa finition qui n’ont pas évolué depuis Metro Last Light. Je pense que les fans des premiers épisodes, mais en ce qui me concerne, c’est un jeu que j’ai du mal à vous conseiller au moins sur PS4.

P.S : Si vous n’avez pas fait les précédents épisodes, je vous conseille les vidéos de “l’Histoire d’Un Héros” sur Artyom.