gears of war 5 cover

TEST Gears 5 : C’est toujours aussi fun

Dernière mise à jour:

Découvrez mon avis sur la version PC de Gears 5

Fiche technique

  • Editeur : The Coalition
  • Développeur : Microsoft
  • Sortie : 6 septembre 2019
  • Disponible sur Amazon
  • Support : PC et Xbox One

Test effectué sur PC avec le Xbox Game Pass[/vc_wp_text][vc_separator border_width=”4″ el_width=”70″][vc_wp_text]Lorsqu’un Gears sort, je retiens toujours mon souffle. Il faut que j’ai un affect tout particuliers avec la série et surtout avec le premier épisode qui à posée la base du cover-shooter en son temps. J’étais déjà très heureux avec le Gears of War 4, il y a deux ans et je le suis tout autant avec ce Gears 5 que j’ai fait en coopération avec l’ami @alfassassini.

Avec Gears 4, Microsoft et The Coalition sortait le premier Gears sans Epic Games et on ne peut pas dire qu’il sortait des sentiers battu même si je l’avais trouvé vraiment bon déjà. Ce Gears 5 ne change lui non plus pas la formule même s’il apporte un peu plus de souplesse dans son gameplay et même un peu de liberté dans son level-design. Bref, il ne faut pas s’attendre à de gros changement et finalement, ça ne me dérange pas vraiment.

Le scénario de ce Gears 5 tourne donc logiquement autour de Kait  et des crises étranges dont elle est victime, JD et Del sont eux aussi de la partie tout comme Marcus, Cole et Baird. Le scénario apportera pas mal de question qui auront des réponses et qui ouvriront la voix pour le prochain Gears qui devrait mettre un terme à cette seconde trilogie. Pour le coup, nous sommes dans quelque chose d’assez convenu et même la mise en scène parait un peu fade quand des titres comme Red Dead Redemption 2 ou Uncharted 4 sont passé avant. J’ai quand même cette impression que Gears 5 ne cherche pas non plus à aller vers ce genre de mise en scène ultra léchée. Finalement, le résultat fait quand même old-school, mais dans ce genre de recette qui parait simple mais dans laquelle on prend plaisir à revenir. En ligne droite, vous en aurez pour environ 10h de jeu, cela pourra se prolonger en effectuant les con,tenu annexe (et oui, c’est nouveau ça) ainsi que les mode multijoueurs et hordes. Bref, niveau contenu, c’est solide.

Et niveau gameplay, on, peut dire que c’est aussi dans la continuité. En effet, nous sommes toujours dans ce style de jeu qui mélange scène de dialogue puis passage en exploration où “subitement” des hordes de créatures débarquent.  On peut alors utiliser environnement pour se mettre à couvert. Dans ce Gears 5, on peut lâcher un peu ce système de couverture pour aller dans la mêlée un peu plus facilement, ce qui était totalement déconseillé dans les précédents épisodes. On va avoir l’occasion de contourner les ennemis, pas forcément tout le temps, mais suffisamment pour le noter. Bref, cette flexibilité est vraiment bienvenue dans Gers, cela apporte un peu plus de choix dans les possibilités d’appréhender les gunfights, je ne vais donc pas m’en plaindre. Il ne faut pas non plus le cacher, on peut mourir très rapidement dans Gears 5 donc autant prendre quelques précautions dans les combats. On peut d’ailleurs relevé un ennemi à terre, mais s’il meurt, la partie s’arrête. Nous ne sommes pas dans ce style de jeu où tout est facile, loin de là. J’ai été déçu par les quelques combats de boss présents dans l’aventure, certains sont certes plutôt fun à jouer quand d’autres sont vites expédiés. Durant l’aventure, on est accompagné d’un drone qui aura une réelle utilité au combat a qui ont pourra activer et améliorer des capacités qui permettront de passer certains endroits inaccessible ou bien pour incapaciter les ennemis.

gears 5 screen test

Là où j’ai été scotché, c’est sur les graphisme du jeu qui en jette quasiment tout le temps, de l’extrême fluidité du jeu qui ne bronche quasiment et même dans les moments chargées en explosion et autres effets. Ce n’est pas vraiment une surprise étant donné que Gears 4 donnait déjà le ton à ce niveau, mais force est de constater que ce Gears 5 est une belle réussite sur sur graphisme et sur la technique. J’ai quand même un peu plus de mal avec la partie réseau, je vous rappel que j’ai fait le jeu en coopération à 21( on peut faire la campagne à 3) et nous avons rencontré quelques problèmes. Ca commence par la synchronisation qui n’était pas forcément tout le temps optimale et qui a donné lieu à quelques rollbacks. Autre chose qui m’a aussi dérangé, c’est dans ces moments où un script se lance pour avancer dans une nouvelle zone, le second joueur est téléporté directement au moment où le script se lancer et tant pis, s’il était en train de recharger son arme ou bien d’explorer la zone précédente.

Si j’ai vu que pas mal de monde louait la liberté apporté dans l’exploration de Gears 5, cela m’a laissé de marbre. Il faut dire que cette liberté prend la forme de zone ouverte avec des missions annexes à effectuer. Ces missions annexes sont plutôt bien amenées et cela peut donner sur des récompenses intéressantes comme des améliorations pour le drone. Pour autant, on peut faire le jeu totalement sans s’y attarder et c’est ce que j’ai fait d’ailleurs. En ce qui me concerne, j’aurais préféré, une aventure plus linéaire plutôt que ce qui nous a été proposée dans ce Gears 5.

gears 5 screen test

Pour terminer, je dois dire que je me suis bien amusé sur ce Gears 5 et j’attends vraiment de voir comment s’articulera la suite et cela suit ce que laisse présumer la fin du jeu, cela promet beaucoup. Techniquement, c’est pour moi la claque de l’année. J’ai pris de sacrés baffes dans la tronche et j’en redemanderais presque. C’est clairement un bon  que je peux recommander à tous, mais encore plus à ceux déjà fan de la série.