devil's hunt screen test

TEST Devil’s Hunt : Un ratage monumental

Dernier mis à jour:

Découvrez mon avis sur la version PC de Devil’s Hunt

Fiche technique

  • Editeur : Layopi Games
  • Développeur : 1C Entertainment
  • Sortie : 17 septembre 2019
  • Support : PC, PS4 et Xbox One

Test effectué sur PC d’après une version envoyée par l’éditeur

Il y a environ 6 mois, j’ai entendu parler pour la première fois de Devil’s Hunt du studio polonais Layopi Games. Le trailer diffusé montrait un univers intéressant, mais avec des animations complètement à l’ouest et quand j’ai vu que le jeu devait sortir 6 mois après, j’ai eu un petit sursaut. J’ai donc attendu la sortie du jeu pour voir l’étendue du résultat et on va dire que j’ai été déçu.

Devil’s Hunt est donc un beat’m’all dans un univers très gothique où les anges affrontent les démons de l’enfer. On y incarne Desmond, un jeune fils de riche plutôt arrogant dont la vie va prendre un tournant au moment où il décidera de se suicider. Il deviendra alors un exécuteur travaillant directement pour Lucifer. Bref, le scénario de Devil’s Hunt semblait prometteur à défaut d’être original. J’ai quand même eu quelques doutes sur le héros et son caractère détestable. Malheureusement, la suite de l’aventure ne remonte pas le niveau. Desmond devient un peu plus supportable, mais il lui manque quand même de sacrées cases. Le scénario n’est pas non plus des plus intéressants qui plus est la fin du jeu ne semble être que le début d’une histoire dont une connait pas vraiment les enjeux et les conséquences qui peuvent en découdre. Devil’s Hunt tel  qu’il est n’est qu’un prologue d’une histoire ou au mieux le premier chapitre d’une histoire qui semble avoir été tronquée au dernier moment et probablement par manque de moyens.

devil's hunt screen test

En, effet, si la fin du jeu est abrupt et arrive en moins de 5h de jeu, on sent que le développement du jeu n’a pas forcément été comme le souhaitait Layopi Games. Il faut dire que si le scénario semble avoir été coupée au couteau de cuisine, le gameplay de Devil’s Hunt manque clairement de bonne sensation et c’est d’autant plus difficile à avaler qu’Un certains Devil May Cry 5 est passé un peu plus tôt cette année. La comparaison à ce niveau est très peu flatteuse pour Devil’s Hunt. Ce que j’avais pu entrevoir il y a quelques mois, sur les trailers du du jeu se sont avéré être juste. Les déplacements sont laborieux et il est très simple de bloquer contre les murs. On a aussi l’impression de flotter sur le sol lorsqu’on se déplace c’est assez horrible et que dire des combats sans impacts avec des moitié d’animations qui manquent et les bruitages qui ne sont même pas toujours présents.

devil's hunt screen test

Et pourtant, il y avait du potentiel de base, car la progression du jeu passe par un système de compétences avec des combos que l’on peut apprendre durant le long de l’aventure, il y a une certaines variétés qui est vraiment bonne pour un jeu de ce genre, mais cela a été gâchée par le manque de bonnes sensations des combats. Finalement, même le level-design du jeu repose sur une progression linéaire sans exploration mais où chaque endroit à escalader doit se faire avec une QTE comme sur PS2 (nous sommes en 2019, n’est ce pas ?).

Et que dire de la technique du jeu qui se permet en plus de ne pas être à un niveau décent. Entre, les baisses de framerate incessante, les freezes, le son qui bug. Je dois dire que j’ai pris une sacrée douche froide à ce niveau. Et puis, je dois vous le dire clairement, Devil’s Hunt est un jeu moche. Qu’il s’agisse de la modélisation des personnes ou du rendu général, tout est presque raté. La modélisation de certains environnement est parfois réussi et offre quand même des moments d’éclats.

Pour le coup, je ne m’attendais pas vraiment à grand chose avec Devil’s Hunt et j’ai quand même été très déçu. Il n’y a pas grand chose à sauver et Layopi Games ne semble pas vraiment en position de remettre ce titre sur les rails. Je ne peux objectivement pas vraiment vous conseillez ce jeu qui s’avère être vraiment décevant, trop décevant pour passez outre des défauts de conception majeure.